Voir le profil

🌿 L’autre We Love Green | RDV sur le rooftop | Graines de stars | Où sont les cheffes ? | Natura 2000 + 30…

Pioche!
Le magazine des nouveaux récits de l’écologie
Bonjour Ă  toutes et tous, et bienvenue si vous rejoignez Pioche!
Cette fois-ci c’est la bonne : la saison des festivals semble partie pour renouer avec l’enthousiasme des rendez-vous « d’avant ».
Mais dans ce calendrier estival (très) chargé, la place de l’environnement prend désormais une nouvelle place, entre chartes, programmation de conférences ou, comme à We Love Green, véritable line-up du climat.
Une bonne nouvelle tant la culture – vivante de surcroît – permet de véhiculer du sens par le plaisir. En ces temps d’urgence, on ne saurait trop user d’une telle magie.
Bonne Pioche!
Jean-Paul
Puisque vous êtes ici… Faire Pioche! est un sacré boulot pour notre petite équipe. Votre soutien est donc (ultra) précieux. On vous raconte tout – et on vous propose de nous aider – ici. Merci déjà. 🙏

1. Ça va vite
Les têtes d’affiche du climat sont à We Love Green ce week-end (cf. plus bas)
Les têtes d’affiche du climat sont à We Love Green ce week-end (cf. plus bas)
  • Bye bye pĂ©trole russe. C’est signĂ©, les États membres de l’UE se passeront – Ă  90% – de l’or noir de Poutine d’ici la fin 2022. 15 jours plus tĂ´t, la Commission europĂ©enne adoptait le plan REPowerEU, une accĂ©lĂ©ration des Ă©nergies renouvelables, de la transition Ă©nergĂ©tique (hydrogène vert + gaz liquĂ©fiĂ©), et des exigences de sobriĂ©tĂ©. Ça va vite.
  • Qui vote pour – ou contre – l’écologie Ă  l’AssemblĂ©e ? L’asso Agir pour l’environnement a fait le compte, pour 17 votes importants (proposĂ©s par chacun des camps). Le rĂ©sultat est sans appel : en haut du podium, des dĂ©putĂ©.es dĂ©sormais affiliĂ©.es NUPES ; tout en bas – les 100 derniers (!), dont AmĂ©lie de Montchalin… – des Ă©lu.es LREM. Outch.
  • L’Europe fĂŞte les 30 ans de Natura 2000, soit le plus grand rĂ©seau de zones protĂ©gĂ©es au monde (18% des terres de l’UE = autant que l’Espagne et la Roumanie rĂ©unies ; et 9% des mers = aussi grand que la Suède). MalgrĂ© des abus, notamment liĂ©s Ă  la pĂŞche, 1 400 espèces d’animaux et plantes sauvages ont Ă©tĂ© protĂ©gĂ©es depuis 1992. Good job.
Pendant ce temps, Mediapart relève 12 millions de vues pour la vidéo de nos jeunes « déserteurs » d’AgroParisTech sous ses différentes formes – médias, réseaux sociaux et autres plateformes. Un chiffre (impressionnant) qui, lui, échappe à toute critique.
2. « Un festival de musique électronique est le terrain idéal pour favoriser le respect de l’environnement » – Cyril Tomas-Cimmino
Ce samedi, la rédaction de Pioche! sera à Marseille pour le festival de musiques électroniques Le Bon Air. Pour danser devant les synthétiseurs de Boy Harsher et les platines de Folamour ? Certes.
Et pour animer un échange sur les enjeux écologiques de la culture, entre les artistes Anetha et Glitter55, la structure Aremacs ou David Irle, co-auteur du rapport « Décarbonons la culture » (The Shift Project). Objectifs : connecter les solutions de chacun, et pointer ce qu’il reste à faire. Rencontre avec Cyril Tomas-Cimmino, directeur du Bon Air.
Pourquoi le festival se devait-il de prendre le sujet de l’environnement à bras le corps ?
Cyril Tomas-Cimmino : L’environnement fait partie du projet Bon Air dès le départ. Il y a 10 ans, de nombreux festivals en Europe réussissaient à créer une expérience folle tout en répondant aux enjeux d’urgence climatique, d’inclusion, et d’autres responsabilités de notre époque. Pourquoi cela n’existait-il pas à Marseille ?
La ville était alors en pleine hibernation des politiques sociales, culturelles, et plus encore environnementales. Comme son nom l’indique, le festival a dès le début eu cette intention de porter quelque chose de frais et différent, et de rassembler ces responsabilités autour des musiques électroniques.
Comment a évolué votre réflexion à ce sujet ?
La phase, je dirais, d’élévation de conscience s’est déroulée au sein de fédérations et de réseaux comme Coffees, Drastic On Plastic, avec nos amis d’Aremacs. Et à travers l’Appel des Indépendants, qui porte ce sujet des responsabilités depuis près de 2 ans.
Mais le plus dur, c’est d’essayer d’améliorer notre réponse d’une édition à l’autre et de réinventer un modèle économique. Parce que le précédent pousse à des aberrations écologiques. En 2016, on vendait encore des bouteilles d’eau en plastique. En 2017, l’eau devient accessible à tous gratuitement. Par contre, ce sont des dizaines de milliers d’euros de recettes en moins.
Le « Bon Air » du rooftop de La Friche La Belle de Mai, ce week-end à Marseille.
Le « Bon Air » du rooftop de La Friche La Belle de Mai, ce week-end à Marseille.
Cette année, vous programmez des chefs et invitez des producteurs de vins nature. La contrainte peut aussi se transformer en atout ?
Oui, tout cela tire la qualité vers le haut. Cette édition, tous les produits viennent du territoire, d’agro-producteurs comme Terres de Mars, hormis une graine pour le couscous qui vient de l’autre côté de la Méditerranée.
C’est du temps, du travail, une énorme mobilisation des équipes. On n’arrive pas toujours à équilibrer les budgets, mais on va avoir des plats d’une très grande qualité, et extrêmement responsables.
Que reste-t-il à accomplir pour le festival ces prochaines années ?
On réfléchit à la manière d’avoir un maximum d’autonomie énergétique. Cette année, on essaie une petite scène secrète qui ne consommera pas d’électricité, mais sera sur batterie rechargée au solaire. On aurait aussi bien besoin des collectivités pour prendre en charge la gestion et le tri des déchets.
On reste convaincus que les rassemblements de musiques électroniques sont le terrain idéal pour confronter les idées, lutter contre les inégalités, favoriser le respect de l’environnement et l’inclusion de tous les genres. Comme on s’attache à le faire dans nos programmations ou au sein de nos équipes. 
Retrouver toute la programmation du festival Le Bon Air, du 3 au 5 juin Ă  La Friche La Belle de Mai (Marseille).
3. Graines de stars
Têtes d’affiche. Camille Etienne, Hugo Clément, Paloma Moritz, Mike Horn, Salomé Saqué, Hugo Décrypte… L’affiche de ChangeNOW 2022 ? Nope, celle de la scène « talks » de We Love Green, qui aura lieu du 2 au 5 juin dans le Bois de Vincennes (Paris). Si la présence d’Angèle, Phoenix ou Gorillaz au micro – voire le line-up de chef.fes – ne vous avait déjà pas convaincu.
Jardins partagés. Quelque 2 200 jardins en France – et 500 en Europe – ouvrent leurs portes ce week-end pour les annuels Rendez-vous aux jardins. Thème de cette édition : « Les jardins face au changement climatique ». L’occasion d’interroger nos guides-jardiniers sur la modification de la palette végétale ou les floraisons précoces.
Cours Forêts. La course éco-conçue et caritative Run For Planet repart pour une 2e édition à Bordeaux (le 5/06), avant Paris (le 12/06) et Lyon (le 26/06). Deux tracés de 5km et 10km pour 1/ sensibiliser le grand public, et 2/ lever des fonds au profit de la Ligue de Protection des Oiseaux, Médecins du Monde, L214 et Sea Shepherd.
En amont de la journée mondiale des océans – le 8 juin – l’Académie du Climat (Paris 4e) organise son Festival Culture Océan avec scientifiques, artistes ou youtubeurs ; et des ateliers type « écrire un slam sur l’Océan » pour les graines de stars.
4. C’est passé chez Pioche!
On déguste. Nous en parlions ici, Paris accueille un nouveau lieu dédié à la cuisine engagée, Hoba : un food court de 5 chef.fes engagé.es, et une programmation d’événements où l’assiette sert aussi à parler du monde. L’inauguration a lieu dès ce jeudi pour quatre jours de dégustations, ateliers de préparation culinaire, DJ sets et conférences.
À noter, dimanche à 17h la diffusion du captivant film À la recherche des femmes chefs de Vérane Frediani, qui soulève l’invisibilité des cheffes au sein du monde de la cuisine. Le tout suivi d’une discussion – modérée par Pioche! – avec la réalisatrice et l’auteure culinaire Estérelle Payany. Les inscriptions sont gratuites.
Retrouver tout le programme de l’inauguration de Hoba, du 2 au 5 juin, Parc Martin Luther King (Paris 17e).
5. Sobriété mon amour
Mary Maggic, Plants of the Future, 2013/2020 – Expo Earthbound ©Lorenzo Pusterla
Mary Maggic, Plants of the Future, 2013/2020 – Expo Earthbound ©Lorenzo Pusterla
La collab’. Ce matin, 51 médias de PQR (de Ouest-France à La Provence) publient un supplément de 16 pages pleines d’initiatives sociales et environnementales dans nos régions, et de regards d’experts. Une initiative du média Sparknews, à découvrir dans nos – si bien nommées – maisons de la presse.
L’expo. La technologie peut-elle encourager une utilisation durable des ressources ? Cette question traverse Earthbound et ses 19 œuvres numériques « en dialogue avec la nature » d'artistes internationaux. Une réflexion artistique – et technique – sur notre relation aux écosystèmes, à voir jusqu’au 14 août à Esch-sur-Alzette, ville du Luxembourg et capitale européenne de la culture 2022.
L’article. Ou plutôt les articles. Le Monde publie depuis lundi une riche – et fort bienvenue – enquête en 5 volets autour du concept-clé de « sobriété », intitulée « Surconsommation : l’impasse ». Notons d’ailleurs, toujours au Monde, une nouvelle newsletter – et une série de podcasts – du nom de Chaleur Humaine et consacrée au défi climatique. On s’est abonnés direct.
Le film. La semaine dernière, nous étions à la Flèche d’Or (Paris 20e) pour voir Femmes rurales en mouvement, un passionnant documentaire sur l’agro-écologie au Brésil, devenue moyen d’émancipation des femmes. Bonne nouvelle : le film, co-construit avec les principales intéressées, est aussi disponible en ligne – et à voir ci-dessous.
Le film est co-construit par 30 femmes agricultrices brésiliennes.
Le film est co-construit par 30 femmes agricultrices brésiliennes.
6. On vous aime
Vous avez un projet ou une annonce Ă  faire paraĂ®tre sur Pioche! ? Écrivez-nous Ă  [email protected]
  • Ă€ la tĂŞte d’une initiative Ă©cologique dans la culture ? Candidatez aux « tremplins » de l’asso Arviva, parrainĂ©s par Camille Etienne : un accompagnement et une aide substantielle Ă  la clĂ©.
  • Dans le Morbihan, l’exigeant festival La P’Art Belle s’offre une Ă©dition capsule – au riche programme – ce week-end pour mobiliser au grĂ© de balades et de rencontres. Coup de cĹ“ur !
  • Bienvenue Ă  MĂ©tiers d’Avenir, le nouveau podcast en 5 Ă©pisodes d’Écotable et Terroirs d’avenir qui explore « l’agriculture de demain ». Dispo aujourd’hui sur les plateformes.
  • On avait adorĂ© le premier numĂ©ro de la revue Grain, sa bouillonnante Ă©quipe Ă©ditoriale revient avec un second volume – toujours magnifique – consacrĂ© à… la joie ! DĂ©licieux.
  • Le collectif de jardiniers urbains Merci Raymond a besoin de soutien pour dĂ©marrer son tiers-lieu / jardin-restaurant solidaire, Chez Volterre.
  • Recycler des tentes de festival pour en faire du mobilier, voici le pari – gĂ©nial – de DĂ©tente. Plus que 24h pour soutenir le projet sur Ulule !
7. Coups de pouce
🤓 Merci d’avoir parcouru cette nouvelle Ă©dition de Pioche!. Elle vous a (dĂ©)plu ? Vous voulez simplement papoter ? Écrivez-nous Ă  [email protected].
🙏 Vous souhaitez encourager l’équipe ? Envoyez 1€ à Pioche! sur OKPal.
💌 On vous a transmis cette infolettre, et vous voulez recevoir les prochaines / lire les précédentes ? C’est là : bonnepioche.piochemag.fr.
🍻 Transférez cette newsletter autour de vous et suivez Pioche! sur Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn et piochemag.fr.
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Pioche! Magazine
Pioche! Magazine @piochemagazine

Le magazine des nouveaux récits de l’écologie 🌿

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.