Voir le profil

🌿 Les larmes de joie de Camille Etienne | Un Plan Marshall pour le vélo | Ce week-end à la Paris Electronic Week | Regain, le livre…

Pioche!
Le magazine des nouveaux récits de l’écologie
Bonjour Ă  toutes et tous, et bienvenue si vous rejoignez Pioche!
Nous étions 500, le matin du 14 septembre. 500 journalistes à avoir signé la charte pour « un traitement médiatique à la hauteur de l’urgence climatique » initiée par les médias Vert, Socialter, Climax et bien d'autres. Nous sommes désormais plus de 1400.
Pour comprendre comment cette charte nous engage, en tant que médias signataires, nous ne saurions trop vous recommander de (re)voir la soirée de lancement à la REcyclerie, à retrouver ici.
Ce souffle rejoint en tout cas une autre vague de (petites et grandes) victoires qui ont eu lieu cette semaine. De celles qui sont trop rares pour ne pas leur consacrer les quelques lignes qui suivent. On souffle un peu, et ça fait du bien.
Bonne Pioche!
Jean-Paul et toute l'Ă©quipe.
Puisque vous êtes ici… Faire Pioche! est un joli boulot pour notre équipe, et votre soutien est donc précieux. Soutenez la rédaction en faisant un don de quelques euros sur OKPal. Merci grandement. 🙏

1. Victoires d’étapes
Le fondateur de Patagonia, Yvon Chouinard (83 ans), léguant sa boite à la Terre.
Le fondateur de Patagonia, Yvon Chouinard (83 ans), léguant sa boite à la Terre.
  • Camille Etienne « en larmes » (de joie) après cette rĂ©solution d’urgence du Parlement europĂ©en (PE) qui dĂ©nonce – et reporte d’un an – deux mĂ©ga projets pĂ©troliers de TotalEnergies (Eacop et Tilenga) contre lesquels l’activiste se bat. Le PE pointe « les violations des droits de l’homme » et « les immenses risques pour les communautĂ©s locales, l’environnement et le climat ». Outch.
  • « Jour de joie » aussi pour Claire Nouvian, fondatrice de l’ONG Bloom qui voit l’un de ses combats remportĂ© : la Commission europĂ©enne protège dĂ©sormais 16 000 km2 d’écosystèmes marins, interdisant aux chaluts, dragues, filets maillants et autres pièges d’en racler les fonds vulnĂ©rables.
  • Enfin, 250 millions d’euros – soit 100M de plus qu’attendu – ont Ă©tĂ© annoncĂ©s hier par Elisabeth Borne pour le plan vĂ©lo 2023. « L’Etat n’aura jamais mis autant d’argent sur une seule annĂ©e pour aider au dĂ©veloppement du vĂ©lo » dixit le prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration des usagers de la bicyclette (FUB). Pas loin du plan Marshall vĂ©lo dont celui-ci rĂŞvait avec ValĂ©rie Masson-Delmotte.
En passant, on applaudit à notre tour l’idée géniale du fondateur de Patagonia : céder une partie des dividendes – jusqu’à 100M$ par an (!) – à la protection de l’environnement. Pas exactement un « don de (son) entreprise à la Terre », mais une vraie belle leçon au capitalisme par le créateur du fameux 1% for the Planet.
2. « Pour faire sa transition écologique, le monde de la culture doit accepter de ralentir » – Marguerite Courtel (Les Augures)
Dès demain et jusqu’à dimanche, la grande convention Paris Electronic Week (alias « la PEW ») convoque professionnels et grand public au Parc de la Villette (Paris 19e) pour imaginer la musique – et plus largement la culture – de demain.
Parmi les dizaines de rencontres, ateliers et débats, le festival a demandé à Pioche! de plancher sur les futurs écologiques de la musique. L’occasion de nous entretenir avec Marguerite Courtel, membre du collectif Les Augures, qui invite le monde de la culture à ralentir.
On perçoit souvent le monde de la culture comme à la pointe des engagements sociétaux. Est-ce aussi le cas pour l’urgence écologique ?
Marguerite Courtel : Ces trois dernières années, le monde de la culture a pris conscience de sa fragilité. La pandémie de Covid-19 a profondément bouleversé le secteur, en exposant sa dépendance économique aux visiteurs qui ne pouvaient plus se déplacer. Ce moment a été vécu comme un coup de massue, mais a également accéléré la prise de conscience.
Désormais, l’idée est bien ancrée. Cela a également beaucoup à voir avec le renouvellement des équipes dirigeantes. Elles sont désormais plus jeunes et féminisées. 
Les structures ont-elles tendance à décarboner leur activité car le public le demande, ou l’impulsion vient-elle des équipes ?
Le public est demandeur d’efforts sur ces questions, mais de nombreuses structures connaissent finalement assez mal leur public. Le plus souvent ce sont donc les artistes, les employés ou encore les dirigeants qui poussent au changement. Les pouvoirs publics pourraient participer à ce mouvement. Mais les subventions conditionnées au respect de normes environnementales sont encore très rares.
On fait souvent face à des injonctions paradoxales dans ce domaine. Les subventions promeuvent l’éco-conception des événements, mais cela a aussi pour effet de multiplier les spectacles et les expositions. Elles incitent également au développement du numérique, sans prendre la mesure de son impact. Or, pour faire sa transition écologique, le monde de la culture doit accepter de ralentir le rythme.
C’est un discours qui peut être difficile à entendre pour des festivals, des théâtres ou des musées…
Je n’en suis pas certaine. Les équipes de productions sont fatiguées par les multiples annulations et re-programmations. Les directions sont prêtes à entendre ce type de revendication. Ralentir, c’est une proposition qui peut sembler radicale, mais cela signifie travailler mieux.
De plus, la rareté crée de la richesse pour les spectateurs. Pour son édition 2022, Le festival d’Automne, en Île-de-France, a par exemple fait le choix de présenter une sélection de ses spectacles créés durant les dix dernières éditions… Si ce ne sont pas les acteurs de la culture qui mettent en œuvre ce genre d’idées radicales, qui le fera ?
Lire la suite de notre article.
Toute la programmation de la Paris Electronic Week, du 22 au 24 septembre au Parc de la Villette.
3. L'art résout tout
École buissonnière. Parents, ce vendredi 23/09, entendez l’appel de votre progéniture et laissez-la faire sa grève du climat. Et ce n’est pas seulement Greta Thunberg – et son ONG Fridays for Future – qui le demande. Mais aussi Marie Desplechin, par ce texte puissant également signé par Emily Loizeau, Yael Naim, Philippe Torreton ou encore Dominique A.
Re-up. De votre côté, profitez-en pour rejoindre le festival de l'économie circulaire Tout Day (24-25/09 à l’Académie du Climat, Paris 4e). Intitulée « Épisode 2030 », ce rendez-vous – gratuit – de réemploi et de la seconde main nous projette cette année dans notre futur proche au gré de conférences, exposants et autres gestes artistiques.
Voyage voyage. Plutôt l’esprit vagabond ? Filez vers la 3e édition du Feÿ Arts (23-25/09 en Bourgogne). Ce festival réunit artistes, philosophes, chef.fes et « acteurs du monde de demain » dans le cadre époustouflant – et très écolo/engagé – du château du Feÿ. Des platines aux fourneaux, on y fera l’expérience d’un rêve collectif, celui d’un monde où l’art résout tout. Oui oui.
Débats. Et puis l'on suggère surtout de regarder du côté du Parc de la Villette (Paris 19e) et de rejoindre l'une des conférences de la Paris Electronic Week (22-24/09). On y réfléchira aux futurs de la musique, et notamment à son avenir écologique, en partenariat avec Pioche!. NFT et blockchain, tournées internationales, clause d'exclusivité… Vifs débats en perspective.
À noter, le festival Faire autrement (22-25/09) et son (très) dense programme de conférences, projections et soirées dédiées aux « utopies réalisées », ces innovations – et réflexions – concrètes qui dessinent demain. Le tout organisé, bien sûr, dans le lieu utopique du Familistère de Guise (Aisne).
4. L'âge d'or
Avec Diffuz, la plateforme de défis solidaires de la Macif, Pioche! défend chaque mois une association qui fait bouger les choses sur le terrain.
On le sait bien, c'est ça l'âge d'or. Celui des manifs impulsives et des AG à rallonge. Et, donc, celui du débat politique et de la décision collective ?
C'est le pari que tient – merveilleusement bien – le Parlement européen des jeunes (PEJ) depuis 1987 : donner l'opportunité à des milliers de jeunes de 16 à 22 ans, issus de 40 pays d'Europe, d'exprimer leur avis, d'échanger et se rencontrer. Et d'organiser des rassemblements militants, jusqu'à 500 chaque année, dans toute l'Europe.
Exemple parfait ce week-end à Lyon, où le PEJ organise un « cleanwalk » pour nettoyer – et visiter – les rues de la ville tout en rencontrant ses futur.es voisin.es de Parlement. Et tout peut démarrer là.
Départ est prévu à 18h sur le parvis de la gare de Part-Dieu (Lyon), et inscriptions sur Diffuz.
5. Carnets de campagne
Le bonheur est dans le pré.
Le bonheur est dans le pré.
La revue. Lecteurs (infidèles) de Regain, ce « journal de campagne » qui raconte si justement le monde paysan, nos bocages et ses habitants, nous ne pouvions qu'être enthousiastes à l'annonce de ce livre : 4 ans et le meilleur du magazine compilés en 432 pages. Ce bel ouvrage est dispo depuis lundi en ligne et à partir du 30/09 en librairie. On a choisi la couv’ avec le bouc.
Le livre. Noémie est partie s'épuiser à Londres et Hong Kong, avant que sa santé ne l'oblige à atterrir dans le Gers pour devenir éleveuse de cochons. Clément, le narrateur, la rejoint et décrit avec elle ce lien paysan à la vie et à la mort, à l’animal et à la terre. Ça s'appelle Plutôt Nourrir, de Clément Osé et Noémie Calais, et ça sort demain chez Tana Editions. 
Le film. Réalisé par deux anciens éducs/profs d'Aubervilliers (93), La Cour des Miracles imagine la création de la première « école verte » de banlieue. Une comédie légère, oui, mais qui parle gentrification, et de cette nécessaire (ré)éducation de nos bambins à l'environnement. Sa fraîcheur – et son pitch – auront eu raison de nos ultimes réserves.
La Cour des Miracles, en salle mercredi 28 septembre.
La Cour des Miracles, en salle mercredi 28 septembre.
6. Coups de Pioche!
Vous avez un projet ou une annonce Ă  faire paraĂ®tre sur Pioche! ? Écrivez-nous à [email protected]
  • Ce soir au Consulat (Paris 11e), la revue du design et du graphisme Étapes organise une table-ronde intitulĂ©e « Vers un design graphique Ă©co-responsable ».
  • Cet après-midi Ă  Roubaix, la friperie La Casa Vintage organise aux Trois Tricoteurs une chine de pièces « uniques » streetwear/hip hop, le tout en dĂ©gustant une bière locale.
  • Lundi, la REcyclerie (Paris 18e) inaugure avec l'INA une sĂ©rie de confĂ©rences Ă©colos avec une première rencontre intitulĂ©e « Les documentaires Ă  la tĂ©lĂ©, un piège pour la biodiversitĂ© ? », en prĂ©sence d’Allain Bougrain-Dubourg et d’Anne-Sophie Novel.
  • La revue Akki, qui documente les marges en Nouvelle Aquitaine, lance un appel Ă  piges/contributions pour son 3e numĂ©ro, qui a pour thème… les « arts Ă©cologiques ».
  • Ă€ Nantes, notre revue pref’ Les Autres Possibles sort son guide « Nantes durable et solidaire », 600 adresses pour moins/mieux consommer, et s'engager Ă  travers ses courses ou ses loisirs.
7. Ça fait plaisir
🤓 Merci d’avoir parcouru cette nouvelle Ă©dition de Pioche!. Qu’en avez-vous pensĂ© ? Écrivez-nous Ă  [email protected].
🙏 Vous souhaitez encourager l’équipe ? Soutenez Pioche! à partir de 1€ sur OKPal.
💌 On vous a transmis cette infolettre, et vous voulez recevoir les prochaines – ou lire les précédentes ? C’est ici bonnepioche.piochemag.fr.
🍻 Ça peut intéresser un.e ami.e ? Transférez-lui ce mail. Et retrouvez Pioche! sur Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn et piochemag.fr.
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Pioche! Magazine
Pioche! Magazine @piochemagazine

Le magazine des nouveaux récits de l’écologie 🌿

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.