Voir le profil

🌿Mollusques versus fin du monde | Skier pour sauver la planète | Black Mirror x Alternatiba | Rendez-vous à la buvette

Pioche!
Le magazine des nouveaux récits de l’écologie
Bonjour Ă  toutes et tous, et bienvenue Ă  vous qui rejoignez Pioche!
Cette semaine, on part prendre quelques nouvelles de la mer, alors que s’ouvre le grand sommet de l’océan à Brest.
Avant de partir – en avance – à la montagne avec quelques passionnés de neige voués à la protection de leur (notre) environnement tant aimé.
Bonne Pioche!
Jean-Paul

1. Sous vos applaudissements (bis)
Nous vs la fin du monde ©Aleia Murawski & Sam Copeland / The New York Times
Nous vs la fin du monde ©Aleia Murawski & Sam Copeland / The New York Times
  • Aujourd’hui dĂ©marre Ă  Brest le One Ocean Summit, le premier rassemblement international – env. 30 chefs d’Etat attendus – consacrĂ© Ă  la lutte contre la pollution plastique marine, l’élĂ©vation du niveau de la mer et la lĂ©gislation en haute mer. L’ocĂ©an, Ă©tant notre mère Ă  tous (cf. plus bas), on leur souhaite bonne chance.
  • Look Up! Tel est le mot d’ordre de la prochaine Marche pour le climat organisĂ©e dans plusieurs villes de France le 12/03, appelant Ă  « lever les yeux et reprendre notre avenir en main ». Ă€ quelques jours du 1er tour, la manif’ risque d’être (au moins) aussi chaude que le climat.
  • Fort du succès de sa BD Un monde sans fin, Jean-Marc « Janco » Jancovici Ă©tait interviewĂ© dans Les Echos au sujet de la crise Ă©nergĂ©tique actuelle, et du Plan de transformation de l’économie française publiĂ© par son Shift Project. On a – Ă  nouveau – Ă©tĂ© bluffĂ© par la qualitĂ© de l’échange.
Pendant ce temps, le New York Times disserte sur l’évolution de notre rapport à la fin du monde : de fiction cataclysmique, la voici désormais toile de fond récurrente de notre culture populaire. Sans réaction particulière (cf. image ci-dessus).
2. « Notre objectif est d’empêcher la fast fashion de faire mal » – Florian Palluel
Louer ses vêtements de ski plutôt que d’acheter du neuf (et les laisser enfermés dans un placard toute l’année), c’est la nouvelle idée de la société d’équipements outdoor Picture pour prolonger son – déjà solide – engagement environnemental. Comment ça marche ? Réponse du resp. dev. durable de la marque clermontoise, Florian Palluel.
Vous qui ĂŞtes producteur de vĂŞtements, pourquoi proposer ce service de location ?
Parfois, on achète des produits et on les utilise très peu, en particulier ceux soumis à un usage saisonnier et rare comme pour le ski ou le snowboard. Mieux vaut alors louer sa tenue puis la renvoyer pour qu’une autre personne l’utilise à son tour. Pour nous, au lieu de fabriquer deux vestes pour deux personnes, on n’en fabrique qu’une. C’est une question de sobriété.
Moins de volumes de production, c’est moins d’énergie consommée et donc moins de CO2. C’est aussi plus économique que du neuf pour l’utilisateur occasionnel. Et si on peut louer une veste Picture qui a en plus un bon bilan carbone, c’est encore mieux.
Concrètement, ça fonctionne comment ?
On loue son vêtement sur notre site, on le reçoit chez soi, on part skier. Lorsqu’on rentre, on renvoie la veste, lavée ou non. La livraison est gratuite, à domicile ou en Point Relay. Et on fournit l’emballage « repack » pour le retour. À réception, on réutilisera le repack pour les prochaines locations. Comme ça, tout est cohérent.
Florian Palluel dans sa veste bio-sourcée Picture ©Picture Organic Clothing
Florian Palluel dans sa veste bio-sourcée Picture ©Picture Organic Clothing
La location engendre du transport, du lavage. L’impact est-il vraiment positif par rapport à l’achat neuf ?
En réalité, les émissions liées à la location sont minimes comparées à celles de la production. Ensuite la question c’est qu’est-ce que cela permet d’éviter. La production d’un vélo produit du CO2, mais il permet d’éviter des trajets en voiture. C’est la même chose, on évite de la production, et c’est intéressant dans la dynamique globale de l’industrie textile.
Reste à savoir comment les gens vont s’emparer de la plateforme, sachant qu’on aimerait la faire vivre à l’année avec une offre estivale.
Sur quels axes autres d’écoresponsabilité travaille en ce moment Picture ?
Nous avons introduit la réparabilité à vie depuis deux ans, la seconde main et les produits reconditionnés arrivent fin février, via l’application Everide, et on réfléchit aussi à la taille de notre collection.
La transition énergétique est aussi un énorme sujet chez nous, car la Turquie et Taïwan, où sont nos chaînes de filature, tissage ou teinture, ne sont pas les pays les plus décarbonés au monde, même si ce n’est pas l’Inde ou la Pologne. On travaille donc à déplacer notre production dans des pays bas carbone, comme le Portugal.
Comme le dit l’association En Mode Climat, l’objectif pour une marque engagée, ce n’est pas d’être 100% irréprochable, mais d'empêcher la fast fashion de faire mal. On s’implique au sein de ce collectif et des 400 marques françaises signataires pour demander plus de régulations, de normes, et l'introduction d’une taxe carbone aux frontières.
Lire « Nous, marques textiles, demandons à être plus régulées », la tribune signée par Picture et 150 marques françaises, publiée par Le Monde.
Louer sa tenue de ski sur le store de Picture.
3. Rendez-vous Ă  la buvette
Vu du ciel. Aujourd’hui à 17h, on assistera en ligne à la table ronde « Regards croisés d'explorateurs sur l'océan » organisée par l’Océanopolis de Brest dans le cadre du One Ocean Summit. On y écoutera les grands explorateurs de notre ère partager leurs observations sur l’évolution et l’état des océans vus du ciel, des pôles et de la mer.
VIP. Demain, direction l’Université Paris VI (Jussieu) pour participer à la projection – gratuite sur inscription – du docu Jean Jouzel, dans la bataille du siècle (2021) consacré au célèbre climatologue. Celui-ci sera présent pour un débat sur « les moyens mis en œuvre dans l'éducation au climat à tous les âges de la vie ». Nous serons au tout premier rang.
Buvette. Vendredi enfin, nous serons à la buvette – tenue par Yes We Camp – de l’Académie du Climat (Paris 4e) pour leur projection mensuelle. Cette fois celle de Sur les traces de la forêt primaire, réalisé par Victor Waqué, exploration magnifique des massifs des Vosges, suivie d’une rencontre avec le réalisateur.
Et pour prendre un peu d’avance, on a aussi noté à l’agenda la discussion – originale – entre la spécialiste des météorites Violaine Sauter et l’artiste Smith, dont le projet Desideration questionne le genre comme l’écologie. Ce sera le 16/02 au Centre Pompidou.
4. Skier pour sauver la montagne
À voir : le film Conscience (2021), du skieur pro Gaëtan Gaudissard, ici en intégralité.
À voir : le film Conscience (2021), du skieur pro Gaëtan Gaudissard, ici en intégralité.
Tout schuss. Le monde du ski part en croisade pour protéger la montagne. Et il y a de quoi faire. Alors que les JO d’hiver se déroulent sur une neige 100% artificielle, Météo France sonnait l’alerte dès 2020 : d’ici à 30 ans « la durée d’enneigement sera réduite de plusieurs semaines et l’épaisseur moyenne hivernale de 10 à 40 % en moyenne montagne ». Ces derniers mois ont donc vu les professionnels de la glisse monter au créneau, caméra au poing.
Avec Conscience, son – très beau – film sorti fin décembre 2021, le skieur pro Gaëtan Gaudissard part à la rencontre de sportifs et spécialistes avec une question en tête : comment continuer à skier en réduisant notre impact sur l’environnement ? Il en tire ce 60 minutes intimiste et convaincant, qui parle aussi du lien fort de ces femmes et ces hommes à la montagne. Bien loin des films à grand spectacle.
Historiquement engagée, Patagonia a de son côté produit l’excellent Vanishing Lines : un docu compact – 18 min – mais précis sur la disparition des derniers glaciers en raison du réchauffement climatique, et de l’expansion des stations de ski. Entre autres très belles images de freeride. Conférence en ligne sur le sujet (gratuite sur inscription) le 24/02.
À noter aussi les jolis – et très humains/touchants – films des marques françaises Millet et Picture rompant (enfin) avec l’exaltation des « ultimate run » (coucou Red Bull).
5. Black Mirror x Alternatiba
Écoulement du glacier Upsala (Patagonie), à plus de 1,5 km/an (en rouge).
Écoulement du glacier Upsala (Patagonie), à plus de 1,5 km/an (en rouge).
Le papier. Alors que le premier One Ocean Summit débute ce jour à Brest (cf. plus haut), on ne saurait trop vous recommander la lecture de cet article très complet qui en rappelle le contexte. L’océan, c’est une grosse ressource. 1/ env. 50% de l’oxygène produit sur la planète, 2/ a capté 93% du réchauffement climatique, 3/ la conso de produits de la mer = x5 depuis les années 60.
Dans le même temps, son bilan santé n’est pas au top : température en hausse, acidification, désoxygénation, élévation du niveau de la mer, pollution, destruction des habitats, érosion de la biodiversité marine… Pas sûr qu’un seul sommet puisse suffire.
Le podcast. Quatre jeunes Poitevin.e.s ont lancé EUtopia, une série audio à la rencontre des communautés utopiques, alternatives et autosuffisantes de six pays d’Europe. La qualité est remarquable et le voyage est enrichi de sciences sociales ou d’expérimentations sensorielles poétiques.
L’étude. Des millions d’heures de calculs sur les serveurs de l’Université Grenoble Alpes ont permis de réaliser un – impressionnant – atlas de 200 000 glaciers dans le monde (photo ci-dessus) et de simuler en 3D leur écoulement. Objectif : mieux identifier ceux qui disparaissent, et ceux qui persisteront, « au moins jusqu’à la fin du siècle ».
La vidéo. On a voté au Nikon Film Festival pour soutenir ce film façon Black Mirror (à voir ci-dessous) réalisé par le mouvement écolo Alternatiba Paris. Dans les villes asphyxiées, l’humanité reprend sa respiration dans un bain de réalité virtuelle baptisée Oxygène. Futuriste. Flippant. Brillant. On a fait voter toute la famille.
Oxygene (2022), l’anticipation façon Black Mirror d’Alternatiba Paris.
Oxygene (2022), l’anticipation façon Black Mirror d’Alternatiba Paris.
6. On vous aime
Vous lancez votre Ă©co-lieu/revue engagĂ©e/resto raisonnĂ© ? Un.e ami.e a besoin de soutien pour son projet Ă©colo ? Écrivez-nous pour nous en parler et apparaĂ®tre sur Pioche! : [email protected]
7. Coups de pouce
🤓 Merci d’avoir parcouru cette nouvelle Ă©dition de Pioche!. Elle vous a (dĂ©)plu ? Dites-le nous en rĂ©ponse Ă  cet email ou en nous Ă©crivant Ă  [email protected].
🤔 On vous a transmis cette infolettre, et vous souhaitez recevoir les prochaines (et/ou lire les précédentes) ? Inscrivez-vous à la liste d’envoi ici : bonnepioche.piochemag.fr.
👍 Pioche! est (et restera) gratuit. Si vous voulez donner un bon coup de pouce à l’équipe, transférez cette newsletter autour de vous !
🍻 Et rejoignez la communauté Pioche! sur Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn et piochemag.fr.
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Pioche! Magazine
Pioche! Magazine @piochemagazine

Le magazine des nouveaux récits de l’écologie 🌿

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.